Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Dans la mêlée

Publié le par Jean-Séb

Samedi 28 septembre (jour d'anniversaire de marraine Stéphanie...). Pas d'école (M. Peillon n'y a pas encore songé...). Manou, Dadou, Mamie et Papy sont absents. Que faire de nous, sachant que maman et papa travaillent ? Papa a trouvé une solution... sportive : nous emmener avec lui sur l'un des (nombreux) lieux où il exerce son activité professionnelle. Pour cette fois, ce sera un stade de rugby pas très loin de chez nous où se déroulent un tournoi international de jeunes (plus vieux que nous) rugbymen en herbe. Le soleil est au rendez-vous. Les matches et leurs acteurs sont impressionnants. Nous sommes un brin intimidés. Beaucoup de monde. Du bruit. Des matches musclés (nous tombons d'accord sur le fait que ce sport n'est pas pour nous, du moins pour le moment. Trop dangeureux). Derrière les terrains, en retrait, un grand espace s'ouvre à nous : nous organisons notre propre compétition sportive pendant que papa travaille (si, si... il est là pour ça). Un charmant messieur (le président du club) nous offre à boire. Papa commande un gâteau au chocolat et une crèpe... au chocolat. Un goûter en plein air au rythme d'une banda qui se mue rapidement en une invitation à la danse. Sous le regard amusé des nombreux spectateurs, nous improvisons une chorégraphie. Le tournoi s'achève. Papa prend encore quelques notes. Puis nous reprenons la direction de la maison. Un bel après-midi. Sportif pour nous aussi.
Bisous ovales.
Charles et Caroline, essais transformés.

DSC02235.JPG

DSC02250.JPG



 

Voir les commentaires

Orange mécanique

Publié le par Jean-Séb

Le soleil nous fait (encore) l'honneur de sa présence. Alors, en ce mercredi après-midi (le matin étant désormais consacré à l'école, merci M. Peillon...) ensoleillé, nous nous sommes précipités dans le jardin. Mais avant d'être autorisé par l'arbitre (papa) à galoper joyeusement dans des herbes aussi folles que moi, nous avons fait un détour dans les vestiaires afin de nous changer. Après une très légère hésitation, j'ai opté pour un magnifique maillot orange estampillé "Holland". Un cadeau de mon parrain Tristan ramené d'un périple aux Pays-Bas. Me munir d'un ballon de football (orange lui aussi) était alors une évidence. Papa a alors quitté sa panoplie d'arbitre pour endosser le rôle de Johan Cruijff et c'est ensemble (avec Charles dans le rôle du troisième larron) que nous avons échanger quelques passes.
Bisous tout ronds.
Caroline, petite orange pressée.

DSC02222.JPG

Voir les commentaires

Une rentrée très classe

Publié le par Jean-Séb

Les vacances sont déjà derrière nous. Nos petits ennuis gastriques également. Le stress peut-être. Mais aujourd’hui, nous affichons un visage serein avant de prendre la direction de nos écoles respectives. La grande nouveauté, c’est que nous allons être séparés. Charles en a terminé avec l’école maternelle. Place au primaire et au CP. Un grand saut dans l’inconnu (encore un) qu’il aborde en toute décontraction, son beau sac d’école sur les épaules. Après quelques minutes d’attente dans l’imposante cours de récréation, sa maîtresse l’invite, avec ses nouveaux camarades, à pénétrer dans l’établissement et à découvrir sa classe. Au fond du couloir, mon grand frère se fraie un chemin et embrasse la salle d’un rapide regard. Quelques secondes plus tard, il opte pour une place sur la droite. S’installe. Un brin impressionné tout de même. Il est alors temps pour nous de quitter les lieux après un dernier bisou.
Quant à moi, il m’a fallu faire preuve de patience. Je ne suis plus une petite ! Mais une moyenne ! C’est donc en début d’après-midi que les choses sérieuses ont débuté. Heureuse, mais tout de même un brin inquiète. Heureusement, les lieux ne me sont pas inconnus. Au contraire. Je rentre, tourne à gauche, laissant ainsi mon ancienne salle de classe derrière moi. Je découvre alors que je vais passer l'année avec la maîtresse que Charles avait l'an passé. Une bonne nouvelle. Je suis devant ma nouvelle classe. J'hésite un peu. Un regard vers maman. Un autre pour papa. Ils me sourient. Je reprends peu à peu confiance, quelques larmes retenues au fond des yeux tout de même. Allez, il est temps de se lancer. Un pied, puis un autre. Le grand saut. Encore un. Me voilà chez les moyens.
Bisous.
Caroline, plus forte que la moyenne...

DSC02195.JPG


DSC02200.JPG

DSC02203.JPG

DSC02211.JPG

Voir les commentaires